Le taux de chômage reste bas en dépit de la morosité ambiante

La vigueur du franc et le recul de la croissance placent l’économie suisse face à de gros défis. Reste que le taux de chômage, avec une moyenne de 3,3 %, n’a que légèrement augmenté en 2015.

Sur les quelque 200 000 personnes en recherche d’emploi en moyenne en 2015, près de 143 000 étaient inscrites auprès d’un office régional de placement (ORP). Le taux de chômage moyen a donc progressé de 0,1 point de pourcentage en 2015, pour s’établir à 3,3 %.

Le chômage des jeunes n’a pas beaucoup varié depuis 2011. Il a également augmenté de 0,1 point de pourcentage en 2015 et s’est élevé à 3,3 %. Quant au taux de chômage des plus de cinquante ans (2,9 %), il est inférieur à la moyenne nationale. En hausse depuis 2013, il n’a cependant pas atteint les 3,1 % de 2009. Pour 2016, le Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO) table sur un taux de chômage moyen de 3,6 %.

La forte appréciation du franc par rapport à l’euro, qui met à rude épreuve surtout l’industrie exportatrice, est l’une des raisons de l’augmentation du nombre des chômeurs, une tendance que vient également renforcer le recul général de la croissance économique.

Il importe donc de prendre des mesures propres à permettre l’accès au marché du travail au plus grand nombre et à épauler les entreprises. Pour ne citer qu’un exemple : en libéralisant les heures d’ouverture des magasins, le Conseil fédéral soutient le commerce de détail, qui doit faire face au tourisme d’achat. Enfin, l’initiative visant à combattre la pénurie de personnel qualifié a pour objectif de mieux exploiter le potentiel de main-d’œuvre indigène et de maintenir ainsi les chiffres du chômage à des taux bas.

Dernière modification 05.04.2016

Début de la page

Contact

Service de la communication SG-DEFR

Palais fédéral est
3003 Berne
Suisse

Tél.
+41584622007

E-mail

Imprimer contact

https://www.wbf.admin.ch/content/wbf/fr/home/themen/arbeitsplaetze/arbeitsmarkt.html